La Spotyteam vous présente aujourd'hui son co-fondateur, Philippe SIRECH !


Au côté de Sophie SIRECH COMBETTES, Philippe a fondé Spotyride, un guide de spots et activités nautiques autour du monde.


Voici en quelques questions/réponses le portrait de Phil, wakeboarder et entrepreneur. 


Bonjour Philippe et bienvenue chez Spotyride ! Je te laisse te présenter ?

Bonjour, donc Philippe Sirech, j’ai 53 ans cela fait maintenant plus de 25 ans que suis pratiquant de wakeboard, avec notamment un titre de champion du monde Wakeboard que j’ai gagné tardivement dans ma carrière et plusieurs fois sur le podium. 


Impressionnant ! Mais dis-moi, d’où te vient cet amour de la glisse ? A quel âge as-tu commencé cette vocation ?

J’ai commencé très jeune dans la glisse à l’âge de 3 ans car mon père était moniteur de Ski et à l’époque c’était avec le surf le seul sport de glisse qui existait. Je parle d’il y a 50 ans. 

Donc je pense que mon amour de la glisse vient de là, j’ai fait pas mal de compétition de ski étant jeune en passant par le slalom et le ski de bosses, puis je suis naturellement passé sur le snowboard. J’ai également été chasseur alpin lors de mon service national où j’ai pu avoir mon diplôme de guide en haute montagne (BAM) et de moniteur de Ski (BESF). 

De retour à ma vie civile, j’ai pu continuer ma passion pour les activités physiques, la glisse et les sports extrêmes comme le Supercross en moto, le Ski freestyle en Pipe, et j’ai découvert le ski nautique, sport qui m’a bien plu et m’a amené tout naturellement vers le wakeboard qui est arrivé en France en 1994   

Tu as dû suivre un cursus particulier pour arriver à un tel niveau ?  

Au tout début, j’étais dans les équipes régionale de Ski alpin et j’ai fait également parti de l’équipe BOSS club de Saint Lary dans les Pyrénées, puis j’ai évolué suivant la période et la pratique des différents sports pratiqués.

J’ai toujours eu un classement dans le milieu du tableau, jamais au top mais jamais le dernier, j’ai eu pas mal de coups d’éclats où il m’arrivait parfois de gagner une compétition étant jeune mais il est vrai que tous mes titres de champion de France d’Europe et du Monde sont arrivés sur le tard et dans ma dernière discipline qu’était le Wakeboard … 

C’est quand même un sport impressionnant, mais qui n’est pas forcément le plus médiatisé au niveau compétitif. On peut se poser la question, peut-on vivre du wakeboard à niveau professionnel ? 

Oui on peut vivre du wakeboard, mais il te faut t’exiler dans le pays qui l’a inventé, je veux dire les USA. Moi j’ai fait de ce sport ma passion ce qui m’a permis d’en vivre mais de manière détournée en créant UNLEASHED WAKEBOARD MAGAZINE, le seul magazine français et international à l’époque qui parlait de cette discipline, et qui me permettait de me déplacer en tant que media sur toutes les compétitions auxquelles je participais aussi. 

Je m’y suis également investi en étant capitaine des Equipes de France de wakeboard de 1998 à 2004, et j’ai été également président des différentes associations françaises que nous avons développées autour de cette pratique depuis son arrivée en France, l’AFW et la WWA-France. 



J’imagine qu’étant un sport aussi exigeant techniquement, le wakeboard demande une régularité et une assiduité à toute épreuve pour entretenir son physique et améliorer sa technique. Combien d’entraînement avais-tu chaque semaine ? 

Il est vrai que j’ai passé pas mal de temps sur l’eau et hors de l’eau à m’entrainer pour obtenir et conserver un haut niveau. Ce sport est très éprouvant car il fait travailler tous les muscles de ton corps, ce n’est pas comme en Snowboard où tu as juste besoin d’une bonne paire de jambes, là il te faut tout. 

La muscu et le cardio sont très important pour ce sport, mais il faut être aussi un bon sprinter car les runs de compétition sont plutôt courts entre 1 et 2mn pas plus mais tout va très vite et si tu n’es pas tonique, oublie ! Donc l’entrainement est journalier niveau muscu et nous partions rider entre 4 et 5 fois par semaine minimum parfois plus. 

La scène compétitive te manque-t-elle ?

Oui la compétition manque à tous les sportifs de haut niveau car retrouver ses adversaires dans une ambiance conviviale entre athlètes et pratiquants sur chaque championnat et se lancer des défis, ça n’a pas de prix. 

Mais bon avec l’âge tu t’assagis un peu mais pas trop ! 

Vous êtes donc champion du monde de wakeboard ? Est-ce que cela a changé votre vie ? Et cela justifie votre parcours effectué jusque aujourd’hui ?

Oui c’est bien ça mais il est vrai que l’on a plus de renommée quand on est champion du monde de Football… Le wakeboard n’est pas encore assez médiatisé pour pouvoir être un élément qui va changer ta vie forever. 

Cependant ça m’a bien aidé pour obtenir mon VISA O-1 pour pouvoir travailler aux Etats Unis en Floride pendant 5 ans, la meilleure expérience de ma vie. 

Ça m’a aussi aidé pas mal dans ma vie professionnelle et également où j’en suis à ce jour. 

As-tu d’autres ambitions sportives pour l’avenir ?

Oui, faire le pro Tour en GOLF ! Non je plaisante bien sûr, il est bien trop tard pour cela, mais ce pourrait être un de mes grand regrets car le golf est vraiment le sport le plus ingrat que j’ai pratiqué dans ma vie, pour être vraiment bon, c’est des années d’entrainement intensif qu’il te faut faire si tu veux vraiment avoir un niveau et une place dans les classements!   

Quel a été votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

Au niveau professionnel j’ai plus un parcours technique avec des diplômes en Electronique et électrotechnique, j’ai fait mon métier dans ce domaine en parallèle de ma carrière sportive pendant une dizaine d’années car les compétitions et les sports que je pratiquais n’étaient pas très rémunérateurs. 

Votre passion du wakeboard ne s’arrête pas là. Vous voilà désormais co-fondateur d’une Start up. Comment cette idée vous est-elle venue ?

Et oui comme quoi tout arrive, l’idée nous est venue avec Sophie qui m’accompagne à la vie comme à la scène lors de notre passage aux Etats unis. J’avais avec Unleashed wakeboard magazine sorti le Guide mondial des spots de wake dans le monde en 2013 et 2014, guide papier qui référence plus de 600 structures de wake, mais qui était très dur à maintenir à jour du fait de sa version imprimé. 

J’ai donc décidé de passer sur une carte virtuelle interactive où nous avons donc mis toutes ses données consultables directement par l’utilisateur sur son ordinateur ou son téléphone portable , ce fut un réel succès, nous avions eu à l’époque plus de 150 000 visiteurs uniques. 

C’est de là qu’est partie l’idée de créer la Startup Spotyride, pour permettre de sortir une solution digitale innovante pour aider les structures de sports et de loisirs nautiques dans leur gestion quotidienne en leur développant une solution qui va leur permettre de faire de la réservation en ligne, de la communication et du marketing , de la gestion de planning et de stock , du tout en un pour mettre a jour en temps réel leurs informations et d’être joignable 24/7 par les pratiquants dans un premier temps. 




Quand votre Start up a été créée ? Pouvez-vous nous décrire en quelques mots le concept. Et à qui s’adresse votre start up ? 

Notre startup a été créée en 2018 et nous avons mis 2 ans pour mettre au point la solution SPOTYRIDE qui est maintenant disponible sous forme d’application et d’une plateforme web. 

Spotyride, va permettre au pratiquant de simplifier sa recherche, plus besoin de passer des heures sur Google pour trouver le spot de rêve, l’application permet d’identifier depuis son mobile et en 3 clics toutes les activités et événements sportifs nautiques ou aquatiques (Wakeboard, Ski nautique mais aussi Surf, Kitesurf, Canoë, Paddle, Voile, Balades nautiques, Pêche, Plongée, Canoé , Rafting ,etc.) proposés par les bases de sports et de loisirs nautiques dans le monde , qui sont déjà référencées dans l’application. (+ de 2000 structures sur 53 pays à ce jour) 

Le plus ? 

Grace à un accès dédié, toutes les informations indispensables sont mises à jour en temps réel directement par les professionnels des sports et loisirs nautiques (activités proposées, réservations de créneaux horaire et de matériel, information météo, prix, promotion, coaching, itinéraire, événements etc…) et par les shops spécialisés et le tout est accessible en ligne ou sur son mobile en quelques clics …

Plus qu’une Solution de Géolocalisation de Spots ou de shops, Spotyride se veut être le futur assistant personnel, pour faciliter la gestion et l’accès à toutes les structures de sports et de loisirs nautiques


Pourquoi avoir choisi Montpellier ? Montpellier est-il un bon endroit pour développer son entreprise ? Avez-vous été accompagné ?

Montpellier c’est un peu la Floride de France. On y a retrouvé un peu ce que nous avions laissé à l’ouest, mais Montpellier fait surtout partie d’une région hyper active qui accompagne les startups dans le domaine de l’innovation voilà pourquoi cette décision.


En trois mots, comment qualifierez-vous Spotyride ?

Intuitif, fonctionnel, indispensable si vous êtes un fan de sports de glisse comme moi !


Comment voyez-vous le futur avec Spotyride. Quelles sont vos ambitions ?

Nous souhaitons devenir la référence au niveau des sports nautiques et aquatiques, embarquer plusieurs millions d’utilisateurs avant d’attaquer les sports terrestres aussi en demande. Nos ambitions sont aussi de nous développer internationalement avec une représentation dans chaque pays afin d’être au plus près des structures pour nous permettre d’avoir un échange permanent qui fera évoluer la solution Spotyride suivant les attentes de chacun et à moindre cout.